Affaires concernant le Président Clinton 
Depuis août 1994, Kenneth Star (né 1946), avocat, a été choisi par la Federal Court of Appeals comme procureur spécial pour enquêter sur le Whitewater. Il est totalement indépendant et doit rédiger un rapport quand il estimera son enquête terminée. Depuis 1997, son enquête a été élargie aux autres " affaires ".


 Affaires féminines.

  Bimbogate (de bimbo : fille suscitant un intérêt strictement sexuel). En 1992, un journal raconta la liaison, vers 1980, de Clinton avec Gennifer Flowers, journaliste de TV, qui l'admet. Paula Jones (Paula Corbin devenue Jones par mariage) ; elle accuse Clinton de harcèlement sexuel le 8-5-1991 à l'hôtel Excelsior de Little-Rock, alors qu'à 24 ans elle était employée de l'État d'Arkansas. Le 11-2-1994, elle dépose plainte et demande des dommages et intérêts (700 000 $) et des excuses. Le 17-1-1998, confrontation Clinton/Jones ; le 27-5 procès au tribunal fédéral de Little Rock ; le 1-4 le juge fédéral classe l'affaire (il n'existe pas de motifs authentiques). Affaire réglée à l'amiable le 13-11-1998 contre 850 000 $. Monica Lewinsky (née 23-7-1973) ; ancienne stagiaire non rémunérée à la Maison-Blanche (puis, en 1996, au Pentagone), elle aurait eu à partir de 1995 une liaison avec Clinton. 1998 -7-1 interrogée dans l'affaire Paula Jones, elle jure n'avoir jamais eu de relations sexuelles avec Clinton. -12-1 son amie, Linda Tripp, remet au procureur Kenneth Starr des enregistrements prouvant le contraire. -17-1 Clinton nie sous serment avoir eu une liaison avec elle. -27-7 Monica reconnaît la liaison de 1995 à 97. -28-7 obtient l'immunité judiciaire contre son témoignage. -6-8 témoigne 9 h devant le Grand Jury (chambre de mise en accusation) ; une tache sur une robe de cocktail bleu foncé est en cours d'analyse. -17-8 Clinton répond (depuis la Maison-Blanche par un circuit vidéo) aux questions des 23 membres d'un Grand Jury, puis à la TV, reconnaît s'être livré à des jeux sexuels. -9-9 rapport Starr (445 pages plus 3 183 d'annexes) remis au Congrès. Il contient 11 accusations dont parjure, subornation de témoins, obstruction à la justice et abus de pouvoir. -8-10 les représentants votent (258 pour, 176 contre) pour l'ouverture d'une enquête en vue de l'impeachment (mise en accusation). -11/12-12 la Commission des affaires judiciaires de la chambre vote 4 articles de la résolution d'impeachment. -19-12 les représentants votent 2 des 4 articles d'impeachment (parjure : 228 voix pour, 206 contre, 1 abst. Obstruction à la justice : 221 pour, 212 contre, 2 abst. ; refusent les accusations de faux témoignage et d'abus de pouvoir) et transmettent la résolution au Sénat. 1999 -7-1 ouverture du procès en destitution devant le Sénat (érigé en Cour de justice ; débats présidés par William Rehnquist, Pt de la Cour suprême). -12-2 Clinton acquitté [parjure : 55 sénateurs (dont 10 républicains) votent non coupable, 45 coupable ; obstruction à la justice : 50 (dont 5 républicains) non coupable, 50 coupable]. Pour obtenir la destitution, il aurait fallu une majorité de 67 sur 100. Kathleen Willey : le 15-3-1998, sur CBS, elle accuse Clinton de l'avoir agressée sexuellement le 29-11-1993 à la Maison-Blanche.
 Autres affaires.  
Whitewater (Ozark) projet immobilier de 115 ha. 1978 Clinton, alors attorney général de l'Arkansas, et sa femme, avocate à Little Rock, créent la Sté d'aménagement immobilier Whitewater Development, en copropriété avec James et Susan McDougal, propriétaires en 1982 d'une caisse d'épargne (Madison Guaranty Savings and Loans) dont la faillite en 1989 coûtera 60 millions de $ aux contribuables. 1990 James McDougal est soupçonné d'avoir transféré illégalement des fonds de Madison vers Whitewater et d'en avoir utilisé d'autres pour financer la campagne de Clinton en 1984. Whitewater, mal gérée, coûtera 68 900 $ aux Clinton qui revendront leur participation en 1992 pour 1 000 $, mais ne l'indiqueront pas dans leurs déclarations fiscales. 1992 -mars le New York Times révèle l'affaire. 1993 -20-7 suicide de Vincent Foster, conseiller juridique à la Maison-Blanche (ancien collaborateur de Hillary). -18-2 Robert Fiske, juge d'instruction spécial, s'installe à Little Rock (nomme un grand jury de 23 m.). -18-3 Clinton reconnaît avoir fait des erreurs dans ses déclarations de revenus. -25-3/4 rend publiques celles de 1977 à 1979 (révélant des investissements de 46 635 $ dans Whitewater). -28-6 fondation créée pour aider les Clinton à payer leurs frais de justice (1 à 2 millions de $ par an) [la fortune des Clinton était de 1,6 million de $ en 1993].  
  Travelgate :
Licenciement abusif en mai 1993 de 7 employés de l'Office des voyages présidentiels remplacés par des agents de voyages de l'Arkansas.
  Filegate :  
Consultation illégale en 1993 et 94 de dossiers confidentiels du FBI portant sur environ 900 adversaires politiques.
  Financement de la campagne présidentielle de 1996 :
Chinagate : des hommes d'affaires asiatiques ont contribué illégalement à la campagne. En échange, l'administration Clinton aurait été compréhensive à l'égard de sociétés liées à l'État ou à l'armée chinoise. Clinton aurait vendu des petits-déjeuners, déjeuners ou dîners semi-officiels ou des nuits dans la " chambre de Lincoln ". Il aurait téléphoné de son bureau à des personnalités pour solliciter de l'argent. Janet Reno, ministre de la justice, a renoncé le 3-12-1996 à nommer un procureur spécial pour l'ensemble du dossier mais, le 8-9-1998, elle demande une nouvelle enquête.  
  Les enquêtes :
Celle du procureur Starr et de son prédécesseur sur les " affaires " Clinton ont coûté environ 46 millions de $.  
Note de l'auteur du site "La Bible sur le Net"
Les États-Unis, pays où l'on jure sur la Bible lors de l'investiture présidentielle est confronté à une immoralité à tous les étages sociaux-politicaux. Tout en jurant sur ce qu'il y a de plus élevé (la Bible en tant que Parole Dieu), ces responsables politiques investis de l'Autorité Divine (car, toute autorité est donné par Dieu) tiennent pour profane cette même Parole en commettant ce qui est réprouvé par Elle. Or, s'il n'y a pas de véritable repentance, ils seront jugé par cette même Parole qui les condamnera au Jour de Dieu.