Date de mise à jour de cette page :jeudi 15 septembre 2016

 

MES ETUDES SUR CALAMEO

Cliquez sur les photos pour télécharger les fichiers ou afficher les pages web, il y a également des zones réactives pour agrandir certaines images

Merci de bien vouloir réglez la taille de la police d'affichage pour obtenir une présentation correcte

L’église d’Éphèse L’église du 1er siècle.
(Apocalypse 2 :1-7)

Cette Eglise du premier siècle bien que fidèle aux enseignements de ses fondateurs Paul et Timothée et dénonçant les faux docteurs, présentait déjà des signes d'assoupissement jusqu'à ce qu'elle perde son premier amour envers Celui qui l'avait racheté à un si grand prix. C'est le point fort de cette lettre que Jésus, alors glorifié, adresse à cette Eglise dont il menace de retirer le chandelier, c'est à dire le témoignage qui lui était confié.

Une église qui n'a plus de témoignage à rendre autour d'elle, ne sert plus à rien puisque c'est son rôle principal : "Allez, faites de toutes les nations des disciples, baptisez–les au nom du Père, du Fils et du Saint–Esprit, et enseignez–leur à garder tout ce que je vous ai prescrit."

L’église de Smyrne, L’église de la souffrance du 2ème au 4ème siècle après J.C. (Apocalypse 2 :8-11)

Les mots comme affliction, épreuve, souffrance et leur dérivés émaillent cette lettre, cette église vivait donc des heures sombres, c’est pourquoi le Seigneur l’encourage, la réconforte et la console. Si la lettre à Éphèse nous dépeint la situation d’ensemble du premier siècle, celle-ci nous montre prophétiquement l’expérience du christianisme du second et troisième siècle.

Période sombre, oui, mais aussi glorieuse si l’on s’en réfère aux tribulations endurées par ces chrétiens courageux, qui n’hésitèrent pas à mourir dans des supplices atroces au lieu d’abjurer. Ces églises souterraines furent infiniment plus puissantes que celles de la génération cathédrale qui suivirent, car c’est sur le sang des martyres qu’elles furent édifiées.

L’église de Pergame, L’église du mélange, dès Constantin du IVème au VIème siècle ap. JC (Apocalypse 2 : 12-17)

On ne sait absolument rien de cette église, elle n’est seulement nommée que dans l’Apocalypse. Cependant, on peut s’imaginer la lutte intense qu’ont dû mener les chrétiens de cette cité pétrie d’idolâtrie, livrée aux puissances du sous-monde, de sciences occultes et de magie. D’ailleurs, l’introduction à cette lettre comme la formule finale sont très significatives. (Apocalypse 2 : 12a, 13a, d)

 «Écris à l’ange de l’église de Pergame… Je sais où tu demeures ; je sais que là est le trône de Satan… Chez vous, là où Satan a sa demeure.»

L’église de Thyatire, L’église de la tradition et de l’idolâtrie  du VIIème au XXème siècle ap. JC (Apocalypse 2 : 12-17)

Si les églises d’Éphèse, de Sarde et de Laodicée laissaient apparaître quelque signes de vieillissements et d’apostasie, cela n’était pas le cas de celle de Thyatire ; il n’y avait ni abandon du premier Amour, ni tiédeur, ni sommeil. Cette église se répandait en œuvre riche pour son Seigneur, toujours prête à répondre à la moindre sollicitation du Saint Esprit…

Cependant, Celui qui avait les yeux comme une flamme de feu ne laissait rien échapper, il voyait tout… Il voyait le grave interdit qui sévissait dans cette église : Le compromis avec le mensonge, avec la débauche spirituelle symbolisés par le nom de «Jézabel», nom qui symbolise le mal dans toute son ampleur et sous toutes ses formes.

Cette lettre comme toutes les autres adressées aux églises, à une portée prophétique. Cette Jézabel est une préfiguration de celle qui s’est écartée fondamentalement de la saine doctrine de Jésus-Christ et qui ose s’appeler «Église» et plus exactement «Sainte Mère Église». Ses faux enseignements ont parcouru les siècles jusqu’à aujourd’hui. Cette Jézabel de Thyatire qui se disait prophétesse est l’image de celle qui s’érige encore aujourd’hui en autorité infaillible. Cette Lettre abattra vos derniers remparts d'infidélité, selon votre intégrité.


 

 

 

L’église de Philadelphie L’église de l’Amour fraternel du XIXème au XXème siècle ap. JC (Apocalypse 3:7-13)

Malgré la très forte pression de ses ennemis, l’Église de Philadelphie restait profondément ancrée en Christ. Elle savait que ces épreuves étaient permises par son Seigneur qui la préparait à un travail missionnaire. Le secret de sa force était de plaire au Maitre de la moisson qui l’avait enrôlée pour porter au près comme au loin la Parole de Vie.

Aujourd’hui, on cherche avant tout le dialogue intercommunautaire et même interconfessionnel. Certaines communautés prétendent incarner l’esprit de Philadelphie sans pour autant en posséder tous les critères… Ont-elles réellement réalisé toutes les conditions pour arriver à un tel niveau où jaillit un témoignage fidèle, agréable et agréé par Dieu ?

L’église de Laodicée La super église œcuménique, XXème siècle à…? ap. JC(Apocalypse 3 :14-22)

La super Église œcuménique prête à satisfaire les droits du peuple plutôt que ceux de Christ, à démocratiser l’Église à l’excès, à justifier les aspirations du peuple, et à exercer elle-même la justice ou la vengeance à la place de Dieu. Elle séduira en définitive la terre entière pour adorer non pas Christ mais celui qui se fera passer pour lui. Elle est personnifiée dans le livre de l’Apocalypse par le nom de Babylone la Grande, la mère des prostitués. (Voir le tableau de la signification des noms des églises)

Les paraboles du Trésor caché et de la Perle de Matthieu 13, sont très souvent fort mal comprises, je l'ai constaté dans bien des prédications.

Hors, en comparant l'Ecriture à l'Écriture,  tout devient lumineux et ce qui est caché, apparait subitement plein de splendeur, comme cette perle qu'on a envie de posséder.

Il est ordonné à ceux qui sont chargés d’expliquer les Saintes Écritures de calculer ce nombre, en d’autres termes, par quel processus en est-on arrivé à ce que ce nombre soit 666 ? Qui a choisi ce nombre ? Il n’apparaît que trois fois dans la Bible :

  • - 1 Rois 10 : 14 «Le poids de l’or qui arrivait à Salomon chaque année était de 666 talents d’or,»
  • - Esdras 2 : 13  «les fils d’Adoniqam : 666 ; »→ [Lors du dénombrement du peuple revenant de l’exil] (les crochés sont de moi)

  • - Apocalypse 13 : 18  «C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le chiffre de la bête. Car c’est un chiffre d’homme, et son chiffre est 666

Dans cette étude, je démontre par le calcul, que celle qui prétend être "la Sainte Mère Eglise", porte en son sein la marque de la Bête, celle de la flétrissure, dont parle la Bible. Je ne dis pas qu'elle est la Bête mais qu'elle est l'Œuvre du diable dans toute son horreur et elle en porte en elle, tous les signes de sa monstrueuse corruption.

De solides raisons d’avoir confiance.

Les preuves de la transmission fidèle de la Bible jusqu’à nos jours sont apportées par les manuscrits en notre possession : Environ 6 000 manuscrits complets ou partiels des Écritures hébraïques et 5 000 des Écritures grecques chrétiennes. Un des textes en hébreu, retrouvé en 1947, donne un aperçu du degré de crédibilité atteint par les copistes. On a qualifié ce document de “plus grande découverte de manuscrit des temps modernes

Au XVIème siècle, William Tyndale mûrissait le désir de traduire la Bible en anglais à partir des langues originales. Il se heurta à la vive opposition de l’Église et de l’État. Cet ancien étudiant d’Oxford rêvait d’une traduction accessible au “garçon qui pousse la charrue”. Pour mener à bien son affaire, il dut trouver refuge en Allemagne, où son “Nouveau Testament” anglais parut en 1526. Des exemplaires entrèrent clandestinement en Angleterre. Furieuses, les autorités se mirent à les brûler publiquement. Puis Tyndale fut victime d’une trahison. Avant d’être étranglé et mis au bûcher, il s’exclama : “Seigneur, ouvre les yeux du roi d’Angleterre !”

Le Chemin de l’Obéissance

Celui qui se targue d'aimer Dieu tout en passant outre certains de ses commandements, est un menteur et la Vérité n'est pas en lui.

Aujourd'hui, beaucoup de chrétiens prétendent servir Dieu et être agréés par Lui. Cependant, ils n'hésitent pas par leur désobéissance volontaire à supprimer ou à falsifier certains commandements de la Parole de ce Dieu Tout Puissant et faire comme si rien n'était. (PDF)

Le séjours des morts...

Est un lieu appelé aussi le "Hadès" ou séjournaient avant la venue du Christ, croyants comme incroyants dans deux parties distinctes. La partie des croyants s'appelait "Le sein d'Abraham", l'autre n'est pas nommé par les Saintes Ecritures. Depuis la résurrection de Jésus-Christ, les croyants sont immédiatement introduits auprès de Dieu dans le paradis. Quant aux croyants de l'Ancienne Alliance, ils ont quitté ce lieux pour rejoindre tous les morts en Christ.

Pour ce qui est des autres, ils y sont toujours et attendent leur résurrection pour y être jugés. Cette étude vous expliquera en détail les tenants et aboutissants des verset de 1 Pierre 3 : 18-20 et de 1 Pierre 4 : 6

 

 Page suivante