Date de mise à jour de cette page samedi 17 juin 2017

 

MES ETUDES SUR CALAMEO

Cliquez sur les photos pour télécharger les fichiers ou afficher les pages web, il y a également des zones réactives pour agrandir certaines images

Merci de bien vouloir réglez la taille de la police d'affichage pour obtenir une présentation correcte

LES DIVERS EVANGILES DE DIEU

Lorsque Jésus exerçait son ministère sur la terre, il ne prêchait pas l’Évangile de la grâce mais du Royaume qu’il se proposait d’instaurer lors de sa première venue sur terre. Bien qu’il savait pertinemment que selon les Écritures, ce Royaume serait rejeté, qu’il serait crucifié et qu’il ressusciterait trois jours après puis, qu’il remonterait vers son Père présenter le Sang de l’Alliance.

L'origine historique d'Halloween est une fête celtique appelée "Samhain" en anglais. Samhain (ou Saman) était le seigneur de la mort et des ténèbres dans la religion païenne des celtes, dirigée par les druides, les anciens prêtes de cette religion, qui adorait ce Samhain, dieu de la mort. La fête de Samhain était le jour du nouvel an pour les Celtes et se passait le 1er novembre. C'était donc la fête de la mort ou des morts.  La fête était liée au changement des saisons. La récolte devait être terminée avant le 1er novembre et les journées plus courtes signalant l'approche de l'hiver faisaient croire que le soleil (que les Celtes prenaient aussi pour un dieu) devenait pale et que Samhain, dieu de la mort, devenait plus fort. Pour les Celtes, Samhain contrôlait les mois froids et sombres de l'hiver.

LA GENESE DE L'HISTOIRE HUMAINE (Version pdf)

Une grande étude de 50 pages très approfondie sur la Création des cieux et de la terre et les premiers pas de l'homme dans son l'histoire, jusqu'à l'appel d'Abram qui deviendra Abraham, le petit ruisseau que Dieu détourne du grand fleuve de l'humanité dont Il se propose de purifier par la descendance de ce père de tous les croyants.

Une réfutation sur les diverses théories scientifiques athées relatives d'une part, à l'auteur de la Genèse mise en cause par les Critiques et aussi sur les assertions anticréationnelles. Je démontre que, bien la Bible n'a pas pour but de satisfaire notre curiosité naturelle, qu'elle est précisément scientifique et s'accorde à merveille avec les découvertes des hommes de science honnêtes.

 

Les œuvres que nous accomplissons

Éphésiens 2 :10 & Éphésiens 1 :17-23
 
Comment savoir si nous accomplissons les œuvres de Dieu, celles qu’Il a préparées d’avance ?
 
Il y a un premier critère sine qua non.
 
L’œuvre que nous accomplissons ne devra en aucune manière contredire, s’opposer à aucun commandement, aucune prescription de Sa Parole écrite. Si tel est le cas, nous savons que cette œuvre n’a pas été préparée par Dieu.

L’œuvre s’accomplit dans un Service dans lequel s’exerce un Ministère que le Saint Esprit donne à l’un ou à l’autre.

LA PROPHETIE

Le terme "irénisme" employé par beaucoup pour justifier leur position, qui consiste à vouloir concilier des idéologies qui le sont difficilement, et également utilisé pour favoriser une attitude de bonne entente entre les religions peut paraître louable, mais au prix de quels compromis?

Nous sommes arrivés aux derniers temps, des temps de la fin et il circule aujourd’hui, de nombreuses interprétations particulières relatives à la période eschatologique des Saintes Écritures et notamment, au Retour de Jésus-Christ, s’opposant tour à tour. Chacun à sa propre école sur sa manière d’interpréter les prophéties Bibliques, façonnant ainsi une image de Dieu qui n’est pas la sienne, un message qui n'est pas le sien.

Cette étude démontre par la Parole de Dieu, tout l'inanité d'une position de retrait au non de la "tolérance et de l'amour" dans l'Eglise.

 

LES SEPT DISPENSATIONS DIVINES

Une «dispensation» est un temps pendant lequel l’homme est éprouvé en fonction de son obéissance à une révélation spécifique de la volonté de Dieu. Cette définition suppose la conjonction de trois éléments ci-après :

  1. L’intervention de Dieu faisant connaître ce qu’Il requiert de la part de l’homme.

  2. La responsabilité pour l’homme de se soumettre aux exigences de cette révélation.

  3. Un temps, appelé ordinairement un «âge», pendant lequel l’obéissance de l’homme à l’égard de la révélation reçue est éprouvée.