conflit auProche-Orient ; ce  n'est que maintenant que je comprends vraiment ce que vous et votre peuple avez dû traverser toutes ces années."

     Commentaire : Dans toutes ces choses affreuses qui sont survenues à Washington et à New York, il y a cependant un élément positif pour Israël : d'un coup, on manifeste plus de compréhension dans le monde pour la sécurité de ce pays. Ce n'était certainement pas l'un des buts poursuivis par les ennemis mortels d'Israël; mais Dieu se sert des circonstances pour que Sa volonté s'accomplisse en faveur d'Israël. L'Eternel est juste. Tout doit en fin de compte contribuer à l'établissement de Son royaume. Dans cette ligne, l'article suivant vaut la peine d'être lu. CM

     GRANDE RETENUE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN
    Les Américains comprennent
    désormais mieux Israël
Le Premier ministre Ariel Sharon a ordonné aux membres de son équipe et à tous ses fonctionnaires de s'exprimer avec beaucoup de retenue lors des discussions qui auraient lieu dans les différents forums du gouvernement israélien.
Ils ne devraient, en aucune manière, faire des réflexions sur un possible lien des Arabes ou musulmans avec les attentats de Washington et de New York, du moins tant que des soupçons officiels ne seraient pas exprimés par les Américains. Même si l'on devait constater ce qui se cache derrière tout cela, il faudrait continuer à faire preuve de retenue. L'impression ne doit être donnée en aucun cas d'une exploitation par Israël, à son avantage, du deuil américain aux dépens du monde arabe.
    Effectivement, les membres du gouvernement s'en sont tenus à cette directive dans leurs déclarations qui ont suivi les attentats. La retenue israélienne a été globale. Les agences d'information de ce pays veillèrent même à ne pas diffuser les images des Palestiniens donnant libre cours à leur joie. I1 avait été décidé de ne les mettre à disposition que sur demande directe.
     I1 ne fait cependant aucun doute que le gouvernement israélien a, sur base des attaques aux USA, obtenu un outil inestimable d'argumentation. Un des assistants du Premier ministre Sharon se souvient comment celui-ci, alors qu'il siégeait avec d'autres chefs de  gouvernement et d'États essaya de leur expliquer quel est l'impact de cette force destructrice qu'est le terrorisme, même aussi sur l'opinion publique israélienne.
Col. préc. Par le moyen d'une comparaison avec  d'autres grandeurs de population, Sharon  put démontrer l'importance du coût que dut payer son  pays. Pour une population d'environ six millions d'individus, l'Etat d'Israël doit déplorer la mort de quelque 150 personnes, suite à des attaques terroristes, depuis le début de l'Intifada en  septembre  Col. suiv.  Col. préc. sont devenues sans  importance devant le nombre incalculable de victimes frappées en un peu plus d'une heure. On dit simplement dans des milieux gouvernementaux: "Les Américains comprennent beaucoup mieux maintenant de quoi nous parlions. Ils savent dorénavant à quoi nous devons faire face." (suite)

Le ministre de la Défense US, Donald Rumsfeld :
Depuis 25 ans, je m'occupe du conflit au Proche-Orient ; ce n`est que maintenant que je comprends vraiment ce que vous et votre peuple avez dû traverser toutes ces années.
2000. Sharon avait coutume de dire à ses interlocuteurs américains :  "Nous avons 150 tués par des actes terroristes. La population de votre pays   est 50 fois plus forte que la nôtre.
      Proportionnellement, cela signifie donc qu'en moins d'une année, 7.500 personnes auraient péri. Qu'en penserait l'opinion publique chez vous? Comment réagirait-elle?" Mais d'un coup, ces questions et ces comparaisons
    Effectivement,  les Américains ont  entre-temps (pris profondément conscience de la gravité du problème. Le  lendemain de l'attentat, le ministre de la Défense israélien, Ben-Eliezer, a eu une  conversation téléphonique avec son homologue américain, Donald Rumsfeld. 
    Ce dernier lui dit :"La guerre a été déclarée à l'Amérique. Depuis 25 ans, je m'occupe du 
Colonne suivante Colonne suivante   Colonne suivante ....
Haut de la page Accès au sommaire du journal