Dernière mise à jour de cette page : vendredi 29 juillet 2016 20:50:56

AUTRES ARTICLES DES "NOUVELLES D'ISRAEL"

 

Certains articles de cette page sont devenus obsolètes mais le fond reste le même. Aujourd'hui, rien n'a changé, des volontés drastiques ont un plan de destruction depuis longtemps établi.

La réalisation d'une paix durable entre Israël et le monde arabe qui l'entoure est impossible. Pourquoi intrinsèquement parlant? Tout simplement parce que le Temps de Dieu n'est pas encore venu. Un Evènement d'ampleur planétaire doit se produire : L'Enlèvement de tous les vrais croyants, ceux qui ont placé leur confiance en Jésus-Christ. Ceux-ci doivent quitter cette terre pour que Dieu sorte de sa réserve, de son silence qui dure maintenant depuis plus de 2000 ans. Alors se réalisera cette Paix durable annoncée par la Bible qui durera : 1000 ans.

L'organisation, classée en « organisation terroriste » par les Etats-Unis et l’Union Européenne (depuis 2001), bénéficie d’un soutien financier extrêmement important de l'Iran, et d’un soutien logistique de la Syrie et du Hezbollah, qui lui permettent d’opérer depuis la Syrie et le Liban afin d’organiser des attaques et des attentats-suicides contre des citoyens israéliens, ainsi que d’encourager le terrorisme dans les territoires administrés par l’Autorité Palestinienne : « Le Jihad Islamique Palestinien est l’un des nombreux fruits de l’arbre de notre dirigeant Khomeini » (Dr Ramadan Shalah, IRNA [Iranian Republic News Agency), 22 mai 2002)

Hezbollah signifie en arabe « parti de Dieu ». Le Hezbollah est une milice chiite islamiste soutenue par l’Iran et violemment opposée à l’Occident.

" Les Palestiniens n'ont pas confiance en Blair "annonce la BBC". Quatre Palestiniens sont morts en Cisjordanie "révèle la chaîne CNN". Tsahal a détruit un bâtiment qui servait de position de tirs à des tireurs d'élite palestiniens "ont rapporté les informations du soir de la première chaîne officielle israélienne. La presse moderne est pleine d'histoires sur les Palestiniens, sur leur détresse, leurs problèmes, leurs difficultés et leurs combats. Leur vie a été décortiquée sous tous les angles et dans tous les détails. Cependant, une seule question n'a pas été posée: Qui sont ces Palestiniens? Qui sont ces gens qui prétendent être les propriétaires de la Terre Sainte? Quelle est leur histoire? D'où sont-ils venus? Comment sont-ils arrivés jusqu'au pays qu'ils appellent Palestine? (A lire dans son intégralité)

Propos traduits de l'arabe par Memri, rapportés en anglais par Herb Keinon du Jerusalem Post et traduits en français par Albert SOUED, écrivain  21/12/2002.  Le texte entre parenthèses est celui des traducteurs.

"Merci à Hitler"  est un échantillonnage de haine de Ahmad Ragab qui a écrit cet article dans une courte colonne du journal officiel égyptien "Al-Akhbar".
Ces dernières semaines, le gouvernement israélien a prouvé vouloir mener des négociations malgré de nouvelles attaques terroristes. Mais cela ne semble pas calmer la situation. Des extrémistes palestiniens y voient une "victoire" ? et un encouragement à "forcer" d'autres concessions par une poursuite de la terreur.
C'est sous ce titre provocateur que voici un an environ paraissait, dans le quotidien israélien Jérusalem Post et dans d'autres journaux de langue anglaise, surtout aux USA, une annonce sur un livre dans lequel l'auteur s'efforce d'avancer des preuves historiques et archéologiques à l'idée que le Temple ne se trouvait pas à Jérusalem sur le Mont du Temple, mais plus au sud, et que le mur, encore partiellement visible aujourd'hui, dont le Mur des Lamentations n'est qu'une petite partie, ne serait qu'un vestige de la forteresse Antonia.
Les citoyens juifs de l'État d'Israël furent profondément consternés quand ils virent à la télévision un membre arabe de la Knesset se tenir, dans une ville arabe, en compagnie d'ennemis héréditaires d'Israël et l'entendirent prononcer des paroles hostiles à l'État.
Environ huit mois après le lynchage cruel de deux réservistes au poste de police de Rammallah, des agents de la sécurité israélienne ont pu arrêter deux autres complices.
«Celui qui, en Israël, ne croit pas aux miracles, n'est pas réaliste», a affirmé David Ben Gourion, le premier chef de gouvernement d'Israël. Si l'on considère les événements des dernières semaines, on doit lui donner raison. Sur l'arrière plan de la tragédie à Jérusalem, qui a ébranlé Israël et le monde, et de l'attentat suicide dans un faubourg de Haïfa, la rédaction de ce journal a écrit un article. Lisez notre «chronique des miracles» sur les actes terroristes qui, pour des raisons inexpliquées, ont été empêchés, ainsi que des nouvelles émouvantes de survivants de la terrible attaque à Jérusalem :
«La trompeuse dénégation de la revendication juive sur le pays d'Israël"
Le Premier ministre Ariel Sharon a ordonné aux membres de son équipe et à tous ses fonctionnaires de s'exprimer avec beaucoup de retenue lors des discussions qui auraient lieu dans les différents forums du gouvernement israélien.
   

 

AUTRES ARTICLES DIVERS

 

Ariel Sharon Maariv Sharon : mes conditions pour un État palestinien
Vous trouverez ci-après un extrait de l’interview d’Ariel Sharon, Premier ministre israélien, publiée dans le quotidien Maariv le vendredi 29 juin 2001
Agression d'un journaliste Agression du correspondant de l'AFP a Gaza : protestation de Reporters Sans frontières
Chronologie Aperçu chronologique depuis l'établissement de l'État d'Israël à aujourd'hui.
Report de la proclamation OLP... Sans surprise, le Conseil central de l’OLP a décidé le 10 septembre2000 de différer la proclamation de l’État palestinien, initialement prévue pour le 13 septembre 2000. Une décision saluée par la communauté internationale et accueillie par un soulagement en Israël. Les négociations sur Jérusalem ont repris, mais l’issue en demeure incertaine.
La déclaration tripartite Voici le texte de la déclaration tripartite États-Unis-Israël-Palestiniens, après l'échec du sommet de Camp David pour la paix au Proche-Orient (25/07/2000)
Points de discorde Afin de parvenir à l'accord de paix global et définitif prévu par les accords d'Oslo, Israéliens et Palestiniens devaient trouver, à Camp David, une issue sur quatre principaux enjeux. Cet article faisant déjà date, on sais que Arafat à repousser toutes les offres des Israélien et notamment le partage de Jérusalem-Est.
Églises inquiètes Les trois patriarches chrétiens de Jérusalem - catholique, grec-orthodoxe et arménien - ont envoyé une lettre commune à Bill Clinton, Ehud Barak et Yasser Arafat pour que leurs églises soit associées aux discussions de Camp David et que les quartiers chrétiens de la vieille ville ne soient pas séparés quoiqu'il arrive. La gestion des lieux saints des trois grandes religions monothéistes demeure l’un des aspects essentiels de l'avenir de la ville sainte.
L’enjeu de Jérusalem Jamais la paix israélo-palestinienne n’a été aussi proche (à ce moment précis), mais les derniers mètres à parcourir sont les plus difficiles à franchir. Les négociateurs palestiniens et israéliens, sous la férule du médiateur américain redoublent d’ardeur pour trouver une solution. Le statut de Jérusalem-est, annexée par Israël en 1967 et revendiquée par les Palestiniens comme capitale de leur État est la pierre d’achoppement de ces négociations.
L’inextricable question de Jérusalem Il n’est pas surprenant que la question de Jérusalem soit la plus ardue pour les négociateurs israéliens et palestiniens: les questions de souveraineté, de démographie s’y mêlent étroitement avec l’identité religieuse des protagonistes.
Lettre d’invitation Le processus de paix israélo-arabe a démarré en octobre 1991 à la conférence de Madrid. Dans leur lettre d’invitation, les deux co-parrains du processus, les États-Unis et l’Union soviétique, indiquent que la recherche d’une solution sera fondée sur les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité :
Des liens Les sites des protagonistes
Arafat allait toujours
trop loin
Les coulisses de l'histoire israélo-palestinien. La presse occidentale est très loin de nous montrer la réalité des faits. Heureusement, il y a des journalistes comme Monsieur Robert L. Pollock  qui font leur travail honnêtement et pousse toujours plus leur investigation en contrôlent leurs sources de la façon la plus drastique.
Ariel Sharon à Paris le 06/07/2001 Ariel Sharon prêt à des ''concessions douloureuses''  mais pas au prix de la sécurité des Israéliens...
   
   

 

Dernière mise à jour de cette page : vendredi 29 juillet 2016 20:50:56